NOSTALGIE AUTOMNALE...

Regarder par la fenêtre et voir le cerisier perdre ses feuilles et recouvrir le gazon d'or pale comme dans un sous-bois.

Écouter la pluie qui tombe et la voir se transformer doucement en flocons silencieux.

Avoir retrouvé des cousins et cousines perdus de vue depuis l'enfance, retrouver cette proximité d'âme, cette fraternité dont on avait oublié la nécessité, et se quitter en se promettant de se revoir, mais habiter si loin.

Voir Noël s'installer dans les magasins de si longues semaines avant l'heure,  sans nous laisser le temps de nous habituer à un automne tardif, comme pour nous faire oublier le rythme des saisons.

Boire un chocolat chaud, commencer à faire du pain, retrouver le goût et l'odeur de l'enfance, du rêve, de l'imaginaire et se dire que la vie est belle, et que la nostalgie n'est pas un bonheur triste mais de la douceur.


















LA DOUCEUR D'UN ÉTÉ INDIEN

L'été semble vouloir jouer les prolongations sur PARIS. 
J'aime ces moments de douceur où je me dis que ce sont les derniers soleils, les derniers beaux jours, les dernières framboises, du jardin, les dernières roses, avec une pointe de nostalgie. Oui, je le reconnais l'hiver ne trouve guère grâce à mes yeux.










Sur un panneau de bois sculpté des années 30 j'ai peint quelques roses et un nid juste pour rêver encore au printemps 

SHABBY SUMMER TIME

L'été cette année a revêtu son habit de "froidure et de pluie", en tous les cas sur PARIS. Mais, si tout va bien dans notre vie l'essentiel n'est-il pas ailleurs ? 
J'ai profité de la pluie pour créer une boite à souvenirs un peu comme un inventaire à la Prévert... Des petits riens qui comme le petit chat qui joue du trombone m'accompagne depuis mes 10 ans et date de la fin du XIXème siècle. Je lui dois ma passion pour les objets représentant les chats. Un petit fixé sous-verre représentant l'Angélus de Millet que je contemplais avec ferveur chez mes grand-parents. Deux petites poupées ARI trouvées il y a quelques jours pour un euro semblable à celle que j'avais au temps jadis et qui un jour est partie en voyage. Un mini livre de poème de Maurice CAREME avec ce si joli poème :
Le chat ouvrit les yeux,
Le soleil y entra.
Le chat ferma les yeux,
Le soleil y resta.
 Voilà pourquoi, le soir,
Quand le chat se réveille,
J'aperçois dans le noir,
Deux morceaux de soleil.















MA CUISINE SHABBY PINK

Dans ma cuisine il y a du rose et du blanc, du bois, du métal, des meubles patinés, des objets anciens, d'autres plus récents mais quand même dénichés au hasard des vide-greniers.
Même le grille pain rose, encore dans sa boite vient d'un vide grenier : je l'ai payé 4 euros.. Je m'en sers tous les jours depuis des années. Les poubelles des uns font le bonheur des autres !! 
 


















PAR UN MATIN DE JUIN...

Je le sais c'est écrit :
Nous sommes le 1er juin
Et très tôt le matin.
C'est le plus beau mois de l'année...
Celui où je suis née...
Et pourtant...
Il pleut sans discontinuer depuis des jours.
Je suis même partie dans le midi
Pour chercher le soleil, mais là-bas aussi il avait fui.
Mais l'été arrive, il est bientôt là
C'est le calendrier qui me l'a dit.
Alors nous en aurons fini avec la pluie.


La dernière brassée de lilas de l'année a trouvé refuge dans un arrosoir ancien avec un pommeau de cuivre.

Un petit meuble ancien repatiné de blanc recueille les petits trésors du moment.

 J'aime bien avoir les ustensiles de cuisine à portée de main.  Ce sont donc des pots à épices anciens en faïence ornée de rose qui les recueillent. J'ai également peint le manche des cuillères en bois en rose, juste pour un peu plus d'harmonie.

 Le chat me tient compagnie au son de la radio vintage rose poudré.

 
 Les soupières émaillées de rose en terre de fer datent de la fin du XIXème et du début du XXème

J'ai patiné la vieille pendule de blanc et peint quelques roses.

J'aime les ébréchures de mes pots à épices en métal émaillé. Elles me racontent plus d'un siècle d'histoire. Le temps qui passe et qui parfois nous érafle nous aussi...